Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 19:51
 

 

 

 Les éléments présentés dans cet article sont issus de mes recherches dans les ouvrages de Monsieur Riousset, le livre de Madame Duhau dans la collection de l'inventaire, le livre "un siècle de cartes postales" de la ville du Perreux, le site de Monsieur Chopot sur l'histoire de l'aviron (voir liens) ainsi que de mes recherches conduites à la médiathèque du Perreux, au musée de Nogent ainsi qu'aux archives départementales du Val de Marne et au service de la documentation du Perreux. 

 

1        Le Perreux sur Marne, un port pas comme les nôtres

 

 

Au Perreux, la famille Delmez fut pionnière en matière de construction et location de canoë et autres embarcations dès le début de l’ère du canotage. Néanmoins les établissements Seyler, Cavé, Prudhomme...  sont, au Perreux, autant de noms de constructeurs renommés de l’époque. Beaucoup d’entre eux se diversifiaient et complétaient leurs activités basées sur le canotage par l’exploitation de baignades (Pierre Delmez, René Briolland…).

 

 

Les principaux  constructeurs de bateaux se situaient principalement près du Viaduc (par exemple Seyler), du pont de Bry (cas de Cavé) et de la passerelle (cas des Delmez incluant les Briolland qui étaient de la famille Delmez par alliance).


 


                                                                                          publicité extraite de la revue « La Rivière »   réclame Delmez (2)

Après la seconde guerre mondiale, le canotage cède la place à l’urbanisation, la généralisation de l’utilisation de l’automobile n’est pas étrangère à cette mutation.

Aujourd’hui, contrairement à nos contrées Bretonnes ou Normandes (je suis normand de naissance et breton d’adoption…)  où il reste encore quelques chantiers en activité, les chantiers de construction ont totalement disparu des bords de Marne et notamment au Perreux.


 

Ancien garage à bateaux Seyler photographié en février 2010 (collection Lamache)



P1050169 seyler

 

Ancien atelier et garage à bateaux Cavé photographié en février 2010 (collection Lamache)


P1050131 cave 1



En revanche, j’ai pu constater personnellement que certains vestiges ont résisté au temps. Il faut admettre que ces constructeurs n’étaient  vraisemblablement pas des spécialistes des embarcations de « haute mer » mais bien que spécialisés dans les embarcations légères et, à l’aube de l’essor du motonautisme, certains d’entre eux ont été amenés à construire ou rénover des bateaux de type croiseur côtier ou course croisière de taille moyenne. Ce fut le cas de Pierre Delmez fils.





 

2        Pierre Delmez Constructions Nautiques, des origines à nos jours

 

D’après les éléments que j’ai notamment pu recueillir sur le site spécialisé sur l’Aviron et très documenté d’Etienne Chopot  mais aussi dans les livres des éditions Amateis  écrits par Michel Riousset voire dans le fascicule des inventaires du patrimoine, la famille Delmez était vraisemblablement une famille de Charpentiers de Marine et de bateleurs de pères en fils voire de père en gendre installés selon les périodes de l’histoire soit sur les berges de la Seine ou celles de la Marne depuis 1858.

En effet, Charles Delmez est tout d’abord repéré sur une péniche près l'Ile Saint Denis en face de Villeneuve la Garenne en 1858. Toujours selon les sources d’Etienne Chopot, il est encore présent en 1863.

Pierre Delmez, né en 1829, s’est installé au 153 quai de Halage aux Perreux sur Marne en 1863. Encore présent sur le site en 1881, il a trois fils : Henri, Ernest, Fernand

 

Fernand Delmez, se serait, quant à lui, installé à Poissy, Boulevard de la Seine.

 

 

 

 

Puis apparaît au Perreux sur Marne au 153 quai de Hâlage vers 1901, l’enseigne de l’établissement des Frères Delmez qui reprennent l’atelier de leur père; selon les extraits des matrices transmises par les Archives Départementales du Val de Marne , Henri est déclaré en tant que Constructeur de Bateaux tandis qu’Ernest est identifié en tant que batelier ; ils sont   respectivement nés en 1862 et 1866.

 

 

  Vers 1918, un certain Jules Delmez conduit une activité nautique sur les bords de Seine à Limay-Mantes.

 

 

Marié avec Adrienne, l’une des filles d’Ernest Delmez, René Briolland, né en 1895, a   repris vers 1920 l’établissement des Frères Delmez au 153 Chemin de Hallage du Perreux. Il décèdera en 1958 après avoir conduit une activité nautique jusqu’aux environs de 1950.

Les bâtiments du chantier Briolland existent toujours.



L'activité de garage a été exercée par la fille de René Briolland jusque dans les années 80 selon Michel Riousset . En effet, lorsque je me suis rendu en janvier 2010 au Perreux j’ai bien reconnu les garages à bateaux au 16 quai d’Argonne. Les vestiges des ateliers se trouvent toujours à l’arrière de la construction aujourd’hui aménagée en logement d’habitation. Contrairement à ce que j’ai pu croire au début de mes recherches ce n’est pas là qu’est né Danycan.


                                                                                      ex Maison Delmez-Briolland au 16, quai de l'Argonne
                                                                            



ex-chantier Pierre Delmez père puis Briolland
                                                                                     au Perreux sur Marne 16 quai de l’Argonne

photographié en janvier 2010 (collection Lamache)






 

En effet, l’une des difficultés que j’ai rencontrées pour conduire mes recherches sur les bords de Marne au Perreux résidait dans le fait qu’il y avait eu un changement de dénomination du chemin de Halage à partir d’une résolution du conseil municipal en date de 1922. Avec l’aide des services des archives municipales du Perreux et des archives départementales du Val de Marne ainsi que de documents de  la société historique de Nogent - Le Perreux - Bry sur Marne,  je pus démêler cet écheveau administratif.

 Le chemin de Hâlage fut effectivement fractionné en 1922 en 3 tronçons baptisés « quai de l’Argonne » entre Neuilly et  la passerelle de Bry, « quai de Champagne » entre la passerelle et le pont de Bry, puis « quai de l’Artois » jusqu’à Nogent sur Marne. C’est ainsi que le 153 chemin de Halage devint le 16 Quai d’Argonne.

 

Pierre Delmez, fils de Ernest et de Constance, né en 1905, s’est installé de l’autre côté de la passerelle de Bry à partir de 1921 au 47 quai de Champagne , non loin de l’établissement familial repris par son beau-frère Briolland et sa sœur.

 

 

La commune que j’ai contactée n’a plus trace des descendants de Pierre Delmez après 1951 dans ses recensements. Selon les services de la mairie, nous savons que Pierre Delmez  est mort en 1964 à Lyon. Selon la même source, il n’avait pas de fils mais deux filles qui ont dû partir également dans les années cinquante sans que nous puissions savoir où.

 

Je n’ai donc pas pu obtenir de plus amples informations sur ce constructeur et son parcours professionnel après 1951.

 

Toutefois, l’activité de construction nautique perdura jusqu’en 1957/58 sous le patronyme Rolland Bregeat , nom de la personne qui avait racheté le chantier Pierre Delmez ; j’ai d’ailleurs pu rencontrer Monsieur Sertillange, un ancien vernisseur de chez Bregeat, qui me précisa que  ce chantier construisait des Barracuda, des croiseurs-cabines à moteur de 4 à 5 mètres, des plates de pêche et autres coques de noix… Aujourd’hui, ce chantier a laissé place à des maisons d’habitation et une blanchisserie industrielle...


 

 


3        Pierre Delmez Constructions Nautiques, le chantier constructeur de Danycan

 

 

Le chantier Pierre Delmez Constructions Nautiques en tous genres lance Danycan en 1949. Le certificat signé le 19 juillet 1949 précise que la construction a été réalisée pour Monsieur Moses auquel sera délivré un congé le 28 juillet 1949 par les douanes de Marseilles. 


 

 



En tant que futur acquéreur, je me suis toujours interrogé, dans la phase de prospection,  sur l’histoire du chantier qui avait construit Danycan. En effet, le peu d’informations que j’avais pu obtenir via l’association « Histoire Aviron » s’intéressant à l’histoire de l’aviron me laissait supposer que le chantier Pierre Delmez était spécialisé dans les embarcations légères (yoles, skiffs, run about etc…). J’avais bien trouvé par le biais des archives du musée de la marine quelques références à Delmez pour deux constructions sur plan Dervin en 1947 (un plan de voilure pour canoé canadien de moins de 5 mètres et les plans d’une transformation d’un ex-8 mJI en cruiser mixte) mais cela n’en faisait pas un chantier spécialisé dans les bateaux marins.  Ceci me conduisait à un sentiment ambivalent ; en effet, les spécialistes de la restauration ne cessent de vous répéter qu’avant d’acheter un bateau il faut s’assurer qu’il a été construit dans un chantier réputé pour la qualité de son travail et lorsque vous êtes breton, ou breton d’adoption comme je le suis, il n’y a point de salut en dehors des unités construites chez, Labbé, Pichavant, Jezequel et les quelques autres bons chantiers du coin. 

Il était  donc clair que Delmez CN n’avait jamais été un chantier  réputé  pour son expérience des bateaux marins, en revanche il l’avait vraisemblablement été pour  les qualités indispensables de précision, de niveau de finition  et d’optimisation, pour la construction d’embarcations légères. Il est très probable que ce chantier n'ait construit qu'un seul voilier de cette taille; en effet, une ancienne relation de Pierre Delmez me le confirma.
 

En résumé, ce que Cornu avait perdu dans le dimensionnement, il l’avait gagné en réduisant le déplacement. C’était, selon moi, l’un de ses objectifs lorsqu’il confia la construction de Danycan à Delmez. Ne qualifiait-on pas alors les poupes dessinées par Cornu à l’image de celle de Danycan d’« arrière canoë », de là à considérer qu’un spécialiste du canoë était le meilleurs chantier qui soit il n’y a qu’un pas (que je suis le seul à franchir)!..


 Mon souhait d’acheter un vieux gréement qui soit relativement véloce était satisfait. A cet égard, je me confortais dans mon analyse en comparant le déplacement de 5,5 tonnes d’Henriette, le 9 m du cousin de mon épouse, ainsi que celui de 7 tonnes d’Ellad, le superbe plan Fife en bordé teck de 10m50 aux 5,8 tonnes lèges de Danycan.

Enfin, alors que j’évoquais cela lors d’un échange téléphonique avec Georges Auzepy- Brenneur, il me disait que ce qui était important était de savoir que c’était Cornu l’architecte du Danycan;

 

En effet, ce dernier était réputé, selon ce dernier, pour le suivi rigoureux de la construction de ses commandes. Paradoxalement, à la même inquiétude évoquée avec Yves Tanguy du chantier de Pouldavid, ce dernier me disait que Cornu ne suivait pas réellement ses voiliers en construction selon son expérience acquise au chantier Labbé de Saint-Malo. Dans le cas du chantier Labbé cela s’explique peut-être par la distance séparant Saint Malo de Sartrouville?...
 

Cependant Yves Tanguy estimait d’autre part que ce qui avait peut-être fait la chance  de Danycan était que Delmez CN se trouvait à proximité du lieu de résidence de Cornu, à savoir, en région parisienne et qu’en conséquence cela fût vraisemblablement plus facile à l’architecte de suivre la construction sur les rives de la Marne que sur celles de La Rance.  

 

 

J’ai bien essayé de faire des recherches vaines au Musée de la Marine et aussi dans les archives du Yacht Club de France au château de Vincennes au Service Historique de la Défense; Ensuite, j’ai essayé de constater des avironistes et un historien des bords de Seine et de Marne, Monsieur Rioussey ainsi que l’association SEQUANA.

 

 

 

Soixante ans plus tard, malgré les intempéries et les outrages de la mer, la construction reste saine ; peu de membrures en acacia ployé sont endommagées. Les deux ou trois membrures sciées situées au niveau de l’arrière canoë sont également saines et le bordé acajou Grand Bassam de dimension relativement faible au regard de ce qui se pratiquait n’a pas tant évolué que cela. L’épaisseur du bordé varie entre 16 et 18 mm. La maille entre membrure est de 150 mm ; elle est donc relativement resserrée. En revanche je trouve que les varangues ne sont pas suffisamment dimensionnées. L’épaisseur n’est que de 45 à 65 mm. Et surtout les liaisons avec la quille me semblent légères et leur hauteur relativement faible. Le pont et le roof en volige de pin a souffert. Les ferrures internes en acier sont à revoir et à regalvaniser. La quille en acajou ou Iroko à souffert dans sa partie la plus basse – elle est selon moi pourrie et donc à remplacer  bien que certains charpentiers de marine me conseillent de tenter un curetage, le bois ne semblant pourri que de manière superficielle selon leur expertise. Cette option s’avèrera complètement erronée…

 

la plaque constructeur Pierre Delmez (collection Etienne Chopot)

 

 plaque Constructeur Pierre Delmez

 

 

 

 batDelmez3

plaque de construction F.Delmez à Poissy – source Etienne Chopot

 batDelmez1

plaque de construction des Frères Delmez au 153 quai du halage – actuel 16 quai de l’Argonne  – source Etienne Chopot

 

Maison Frère Delmez - Source Archives Municipales Commune du Perreux/Marne

 

les Etablissements des Frères Delmez au 153 quai du halage – source sur indications du service documentation du Perreux

 

Carte postale début du XXème siècle (source Etienne Chopot) 

 

 

 

 Jules Delmez Péniche Limay-Nantes Source Etienne Chopot

 

La passerelle de Bry  au début du 20 ème siècle: Delmez8 la passerelle de brix avant 1922  

 

 

ex maison Delmez 47, quai de Champagne 

 



ex-chantier Pierre Delmez Constructions Nautiques au 46 (maison toit ardoises au second plan à gauche) et 47 (maison toit brique et zinc) quai de champagne au Perreux sur Marne  ayant laissé place au chantier Bregeat dans les années 50  et à une blanchisserie industrielle aujourd’hui. (collection Lamache février 2010)

  Maison Pierre Delmez

 

les Etablissements Pierre  Delmez au 47 quai de champagne – source département Val de Marne

 

Réclame extraite de la revue du canoë club de France   sur les indications du service des Archives Départementales du Val de marne


réclame Delmez 

 

 Delmez8 la passerelle de brix avant 1922

La baignade du Perreux près de la passerelle de Brix (source Le Musée de Nogent)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrick
commenter cet article

commentaires

christian Campi 23/04/2016 16:41

Bonjour, très enrichissant toutes ces informations, je viens de rénover un canoë de Pierre Demez et je recherche le plan de voilure de ce canoë de 5m, vous semblez le posséder d'après ce que j'ai lu, je serai bien évidemment intéressé. Merci pour toutes ces informations, je suis aussi très attaché à l'historique d'un constructeur quand j'achète un bateau. Bien à vous.
Christian Campi